Communauté multi-MMO :: PVE - RP - PVP


    Au fil de la lame

    Partagez
    avatar
    Gilmeril
    Maître

    Messages : 105
    Date d'inscription : 06/11/2014
    Localisation : Essonne

    Au fil de la lame

    Message par Gilmeril le Ven 14 Nov - 14:55

    Vieille blessure (8 ans avant)


    Le brouillard était épais sur la lande escarpée de Tour-Minot. Sa longue couverture blanche couvrait leurs pas dans le silence de l’aube encore timide. Ils étaient un bataillon d’une dizaine d’hommes menés par une jeune femme pleine d’ambition et d'arrogance qui ne mâchait pas ses mots.

    La végétation étouffait les sons des armures et divers cliquetis des armes contre les cottes de maille. Une voix rauque s’éleva du petit cortège en file indienne qui suivait le sentier.

    ça sent pas bon c’t’histoire… je le sens pas… Gilmeril se retourna et parla d’une voix basse mais sèche
    ça fait quinze jours qu’on prépare ce coup ! Y’a pas de raison que cela se passe mal, t’as juste les foies ! Mais tu as honte de l’avouer devant moi !

    Elle le toisa avec un sourire en coin tandis que des jacasseries montaient du petit groupe. L’archer leva les yeux au ciel et maugréa tout en avançant malgré tout vers le camp haranien. L’éclaireur trottinât d’un pas léger vers le promontoire et scruta les baraquements ennemis en contrebas. Le voile semblait prendre un malin plaisir à se jouer  du regard perçant de l’éclaireur mais heureusement, les feux de camp permettaient de signaler leur position. La petite troupe s’affala à côté de l’éclaireur et l’imita en plissant les yeux dans l’espoir de discerner le nombre de cibles.

    Gilmeril se glissa près de Jizepan, tel un prédateur qui observe sa proie, elle regarda à son tour le camp ennemi. L’éclaireur tourna alors ses yeux vers la jeune femme non sans lorgner bien plus bas que son visage. – Hé, Jiz… tu vas perdre un œil… , elle le regarda avec malice non sans repenser à leur nuit d’ivresse de la veille. – Bah, j’ai perdu bien plus la nuit dernière, j’ai cru devenir aveugle… Il ricana en silence tandis que Gil lui assena un coup de coude sec dans les côtes qui interrompit net son rire mais pas son sourire amusé. Malgré ces notes légères, Gilmeril reprit son sérieux et chuchota les ordres d’approche.

    - Yono, Valel, Marus... vous prendrez le camp par le flanc gauche avec Anagan en appui. Les guerriers et enfin l’archer acquiescèrent de concert. Tasir, Lomil, Marno, Barcam… vous contournerez le premier groupe pour arriver par le nord.  On les acculera le long de la falaise, ils ne pourront pas s’échapper. Moi et Jiz, on va profiter de la confusion générale pour aller cueillir leur chef.
    - Gil ? On ne connait même pas leur nombre ? Anagan parla sur un ton inquiet une nouvelle fois.
    - On est passé y’a à peine 2 jours et ils n’étaient pas plus nombreux que nous ! Elle fronça les sourcils. Anagan, tu m’emmerdes avec tes théories ! On a l’avantage de la surprise. Ils dorment, c’est du gâteau ! Je te promets que dès que je suis maitre d’armes je te demande définitivement dans mon équipe pour te botter le cul ! Anagan fit un geste las de la main.
    Laisse tomber, c’est impossible de discuter avec toi. Gil haussa les épaules à cette remarque.
    Allez les gars c’est parti ! je vous paie une tournée à notre retour.
    Yono et Valel l’interpellèrent –On y compte bien !


    Tout alla très vite. Ils dévalèrent aussi discrètement que possible le sentier, profitant du brouillard tenace. Ils prirent leur position et au signe de la bretteuse, ils se glissèrent dans les tentes du camp.   L’archer sécha les deux gardes mais l’un d’eux entraina une pile de gamelles dans sa chute. Les haraniens sortirent armés en panique alors que la brume décida enfin à se déchirer en fins pans blancs. Gilmeril fonça dans le tas avec Jizepan. En effet, ils n’étaient pas plus de dix à l’extérieur mais, elle n’avait pas prévu que la falaise était pourvue d’une grotte. Et là ce n’est pas dix mais quinze hommes qui en sortirent. Elle hurla.

    - Repliez-vous !!!! Mais c’était trop tard, la déferlante arriva sur eux. Lomil, Marno… tombèrent sous ses yeux. Les autres soldats suivirent de peu. L’archer en retrait pu prendre le large.  Gilmeril et Jiz commencèrent à leur tour à courir vers l’extérieur du camp. Elle échangea un regard avec l’éclaireur, qui lui sourit d’un air désolé avant de tomber à ses côtés une flèche profondément ancrée entre ses omoplates. – Jiz… non... Elle tira sur son bras mais les haraniens se rapprochaient, elle pouvait prendre le risque de rester. – Pardonne-moi... Elle courut et profita de son aptitude à se dissimuler pour semer l’ennemi. Elle sauta par-dessus un bosquet qui cachait une pente de rochers. Elle chuta comme elle put alors qu’une de ses côtes craqua sous le choc. Elle retomba sur ses genoux aux pieds d’un haranien insomniaque qui avait décidé d’aller se soulager à l’extérieur du camp. Tous deux surpris, ils armèrent leurs lames et un long combat commença. Le firan la regardait comme une bête curieuse. Il  était agile, ses pattes se cramponnaient aisément aux roches. Gilmeril était légère et rapide, ses lames sifflaient entre chaque coup d’estoc et de taille. Alors qu’il armait sa lame de bas en haut, Gilmeril avança sa jambe droite et frappa avec l’une de ses lames sur le flanc gauche tout en voulant parer de sa lame droite. Mais le coup fut trop puissant. L’épée entailla avec force le flanc du Firan mais la lame de ce dernier vint traverser sa cuisse offerte de part en part jusqu’à percuter la roche de l’autre côté. Elle étouffa le cri de la douleur pour ne pas alerter le reste du groupe. Encore vivant, le firan remua la lame, et alla pour la retirer. Mais Anagan, sortit de nulle part, lui décocha une flèche en pleine tête. L’haranien s’écroula sur Gilmeril qui roula sur le côté tout en retirant la lame de sa cuisse.

    Anagan s’approcha d’elle et ne dit rien. Deux guerriers survivants sortirent d’un autre bosquet d’arbres. Marno et Barcam marchèrent péniblement jusqu’à elle, la colère se lisait dans leurs yeux. Elle regarda l’archer à la limite de la perte de conscience.

    - Tu avais raison…
    - ton orgueil te tuera un jour Gil. Répondit Anagan sur un ton mêlant arrogance et tristesse d’avoir eu raison.

    La cuisse de Gil pissait le sang, la tête lui tourna et tout s’assombrit autour d’elle. Avec un plaisir malsain, ils lui ôtèrent son armure de cuir et ils la soignèrent avec les moyens du bord. Ils avaient bien l’intention de la ramener vivante à Halcyona pour qu’elle paie son impétuosité. Toujours inconsciente, ils lui feraient payer cet assaut foireux en temps voulu. A défaut de calmer leur colère, Ils affichaient au moins un air satisfait jusqu’à son réveil.

    Le retour fut long et chaotique. Ils ne devaient pas être repérés.  Gilmeril resta muette tout au long du trajet. Elle lisait colère et rancœur dans leurs yeux mais elle se força à penser que c’était un maigre tribu après ce qu’il venait de se passer. Et, après tout, elle était vivante grâce à eux.


      La date/heure actuelle est Mar 20 Nov - 19:33